Eclairage de sécurité

Eclairage de sécurité BAES-BAEH

Les éclairages de sécurité (BAES, BAEH et LSC) sont obligatoires dans l'ensemble des ERP et des ERT. Leur maintenance en état de fonctionnement est clé pour garantir la sécurité des personnes et incombe directement au responsable de l'établissement.

Contactez-nous
Eclairage de sécurité BAES-BAEH

Obligatoire à l'intérieur de tous ERP et ERT - Etablissements Recevant du Public et des Travailleurs - et dans certaines habitations collectives, l'éclairage de sécurité fait partie des outils signalétiques qui contribuent à la sécurité des personnes en cas d'incendie.

L'objectif d'un éclairage de sécurité est d'assurer qu'un éclairage de remplacement soit fourni rapidement, automatiquement et pendant une période appropriée dans une zone déterminée lorsque la source normale d'alimentation de l'éclairage est défaillante. 

L’éclairage de sécurité peut être constitué soit par :

  • des Luminaires sur Source Centralisée (LSC) constitués d’une batterie d’accumulateurs
  • des Blocs Autonomes d’Eclairage de Sécurité (BAES)

Les BAES s’utilisent dans tous les types d’établissements sauf cas réglementaires.

Les LSC sont utilisés dans les foires d’expositions, les salles de spectacle, les centres commerciaux, les salles de danse, lorsque l’effectif admissible est supérieur à 700 personnes.

Les parcs de stationnement doivent comporter un éclairage de sécurité permettant d’assurer un minimum d’éclairement pour repérer les issues en toute circonstance.
Pour ce faire, l’éclairage de sécurité doit être constitué par des couples de foyers lumineux, l’un en partie haute, l’autre en partie basse.

Quelles sont les deux fonctions de l’éclairage de sécurité ?

L'éclairage de sécurité est classé en 2 catégories :

1. L'éclairage d’évacuation :

Sa mission est de guider le personnel vers l'extérieur en cas d'évacuation de l'établissement.

Il est composé de blocs lumineux balisant le chemin vers les sorties (prévues à l'article CO-42 de l'arrêté du 25 juin 1980 du règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les ERP).

Il permet d’assurer les fonctions suivantes :

  • Éclairer les signalisations d'évacuation,
  • Assurer l'éclairage le long des voies d'évacuation de manière à permettre le déplacement en toute sécurité par les issues prévues vers un emplacement sûr,
  • Assurer que les déclencheurs de l'alarme incendie et le matériel de lutte contre l'incendie prévu le long des voies d'évacuation puissent être facilement repérés et utilisés,
  • Réaliser des opérations de sécurité.

Ces foyers lumineux doivent émettre un flux d’au moins 45 lumens pendant 1 heure.

2. L'éclairage d'ambiance (anti-panique) :

L'objectif de l'éclairage d'ambiance (anti-panique) est de réduire la probabilité de panique et de permettre le déplacement en toute sécurité des occupants vers les voies d'évacuation en assurant des conditions de visibilité appropriées et le repérage de la direction à suivre.

Il est utilisé dans les parties des voies d'évacuation non matérialisées, dans les halls ou les locaux de superficie supérieure à 60 m2 ou des locaux plus petits s'il y a un danger complémentaire tel que un nombre important de personnes.

Il doit être installé en rez-de-chaussée et dans les étages si plus de 100 personnes peuvent y être présentes et en sous-sol pour un effectif de 50 personnes.

La puissance lumineuse de l'éclairage anti-panique doit être d'au minimum 5 lumens/m2 de surface du local concerné.

Une distance entre chaque bloc doit être respectée pour déterminer le nombre d'éclairages d'ambiance : il faut compter un maximum de 4 fois la hauteur d'installation entre 2 blocs.

Différence entre BAES et BAEH

Le BAES est l'acronyme de Bloc Autonome d’Eclairage et de Sécurité.

Ce bloc de secours peut être utilisé dans n'importe quel type de bâtiment.

Le BAEH ou Bloc Autonome d’Eclairage pour Habitation est également un éclairage de sécurité, plus spécifiquement destiné aux copropriétés et aux locaux à sommeil, en complément du balisage par BAES.

La différence entre BAES et BAEH concerne leur puissance et leur autonomie : un BAES d’évacuation doit produire un flux lumineux de 45 lumens pendant 1 heure comparé à un BAEH qui se contente de délivrer un flux de 8 lumens mais pendant 5 heures. 

A noter : Dans les locaux techniques, des blocs autonomes portables d’intervention (BAPI) doivent également être prévus.

Fonctionnement de l’éclairage de sécurité

L’éclairage de sécurité entre en fonction dès lors que l'éclairage normal de l'établissement vient à défaillir, par exemple dans le cas d'un départ de feu.

La réglementation impose que chaque bloc de sécurité puisse fonctionner en autonomie pendant 1 heure au moins. L’installation de ces blocs autonomes doit posséder un ou plusieurs dispositifs permettant une mise à l’état de repos centralisée.

Comment et à quelle fréquence maintenir les BAES et LSC ?

La réglementation impose que les installations d'éclairage de sécurité soient maintenues en état de fonctionnement, sous la responsabilité directe du chef d'établissement.

Ce dernier a pour obligation de procéder périodiquement au contrôle des Blocs Autonomes d’Eclairage de Sécurité et des Luminaires sur Source Centralisée.

Deux fois par an, il doit procéder à la vérification de l’autonomie des BAES d’au moins 1 heure; ces contrôles doivent être consignés dans le registre de sécurité. 
La vérification des blocs est à réaliser lorsque le bâtiment est fermé, pour qu’à la réouverture au public, l’éclairage de sécurité soit opérationnel et que les BAES aient retrouvé leur autonomie (12 heures de charge sont nécessaires pour qu'ils retrouvent 1 heure d'autonomie).

Cas particulier : pour les établissements sans période de fermeture, l'exploitant devra mettre en place un parc de BAES dits SATI - Système Automatique de Test Intégré - qui disposent d'un programme de test des sources lumineuses et des batteries intégré, afin d’assurer la sécurité des personnes à tout moment de la journée comme de la nuit.