Maintenance colonnes sèches

Maintenance des colonnes sèches

Dans les immeubles de bâtiments d'habitation, de moyenne hauteur (IMH) ou de grande hauteur (IGH), le bon état des colonnes sèches est primordial pour faciliter l'intervention des sapeurs-pompiers. Les textes réglementaires obligent une maintenance annuelle et un contrôle quinquennal de ces dispositifs de lutte contre les incendies.

Contactez-nous
Maintenance des colonnes sèches

Les colonnes sèches font parties des dispositifs de lutte contre les incendies.

Ces tuyauteries, fixes et rigides, dont les extrémités sont installées dans diverses constructions (habitations, bâtiments industriels, établissements recevant du public, …) et destinées à faciliter l’intervention des sapeurs-pompiers. Elles sont raccordées aux tuyaux souples des sapeurs-pompiers pour être mises en charge au moment de l’emploi.

Une colonne sèche est composée des éléments suivants :

  • Un raccord d’alimentation
  • Éventuellement d’une traînasse
  • La colonne proprement dite
  • Des prises d’incendie (simples ou doubles)
  • Des robinets de purge et de vidange.

L'utilisation d'une colonne sèche est la suivante : les pompiers relient la pompe d’incendie de leur fourgon au raccord d’alimentation de la colonne sèche - située généralement au niveau de la chaussée - afin que les binômes d’intervention puissent relier à leur tour leurs tuyaux souples aux prises d’incendie situées dans les escaliers pour attaquer le feu à l’étage concerné.

Ces dispositifs sont clés pour faciliter l'intervention des pompiers, particulièrement dans le cas de feu en étages, aussi il est impératif de maintenir les colonnes sèches en parfait état de fonctionnement; en voici les points de contrôle et les obligations réglementaires.

Une maintenance annuelle des colonnes sèches...

La réglementation en vigueur concernant la protection incendie des immeubles d’habitation, l’arrêté du 31 janvier 1986 modifié, oblige une maintenance des colonnes sèches.
Cette opération de maintenance doit être impérativement réalisée par une société dûment habilitée en application de la norme française NFS 61-759.

A cette occasion, les techniciens s'assureront de la propreté générale du dispositif, du bon état des raccords, des bouchons, des chainettes et des vannes, de la signalisation et enfin de l’accessibilité au raccord d’alimentation.

Un essai hydrostatique à débit nul doit être effectué tous les ans et un essai hydraulique en régime d’écoulement doit être effectué au moins une fois tous les 5 ans.

A l'issue de cette vérification, SAPIAN apposera un scellé de couleur informant de la bonne exécution de la maintenance.

... renforcée par un contrôle quinquennal plus poussé

Tous les 5 ans, ces dispositifs de sécurité incendie doivent être contrôlés de manière plus poussée, à travers des tests de pression hydraulique en régime d'écoulement.

Cette opération de maintenance de votre colonne sèche permet de vérifier son bon fonctionnement en situation réelle d'intervention (absence de corps étrangers, aucune réduction de passage dans la colonne).

Cette vérification est réalisée par les techniciens de SAPIAN en même temps que la vérification annuelle de votre installation.

Les 3 types de tests de vos colonnes sèches :

1. Essai de réception d’installation :

Cet essai est réalisé à la réception d'une nouvelle installation de colonne sèche ou bien lors de changement de pièce ou de travaux sur celle-ci.

La pression maximale est de 25 bars +0, -0,5 bar.

La durée du test est de 20 mn, pendant cette période de stabilisation de la pression, nous vérifions si une perte de pression se concrétise et recherchons d’éventuelles fuites.

2. Essai hydrostatique à débit nul :

Il s’effectue dans les conditions suivantes : à la pression de 16 bars au niveau de l’alimentation de la colonne, sous eau uniquement et pendant une durée de 20 minutes minimum.

3. Essai hydraulique en régime d’écoulement :

L’essai dynamique s’effectue à une pression maximale de 15 bar au niveau de l’alimentation de la colonne, seau eau uniquement et en vérifiant le débit nominal/minimal à la prise la plus défavorisée.