Comptage particulaire

Comptage particulaire

Dans le secteur hospitalier, le contrôle d'empoussièrement des salles propres s'inscrit dans une démarche de prévention des risques d'aérocontamination. La détermination de la classe particulaire des zones à atmosphères contrôlées garanti la sécurité des personnels travaillant en milieu clos.

Contactez-nous
Comptage particulaire

Les surfaces et l'air sont contaminés naturellement par des micro-organismes, ce qui peut engendrer un risque d'infections nosocomiales, particulièrement en milieu hospitalier.

La transmission de ces maladies par contamination aérienne impose la mise en oeuvre de mesures cibles et de l'analyse des facteurs de risques, encadrée et normalisée, notamment à travers la classe de contamination particulaire.

La gestion de l'empoussièrement des zones sensibles est un élément primordial de prévention des risques liés au traitement de l'air.

Comptage particulaire : définition et enjeux

Le comptage particulaire, appelé également contrôle d'empoussièrement des salles propres, est un procédé qui consiste à garantir la sécurité des personnels travaillant en milieu clos et manipulant des substances chimiques ou biologiques, à travers la quantification du niveau de particules possiblement dangereuses présent dans l'air ambiant.

Une fois cette mesure réalisée, un ensemble de mesures correctives pourront être entreprises pour assurer le déroulement de l'activité dans un environnement sain.

L'enjeu est primordial pour les acteurs du secteur hospitalier, tout particulièrement pour ceux oeuvrant dans des zones à atmosphère controlée tels que les blocs opératoires, les salles blanches ou les laboratoires.

La conformité avec la norme ISO 14644-1

Dans les zones sensibles, à l'hôpital comme en laboratoire, il est crucial de maîtriser la qualité de l'air. Le comptage particulaire s'inscrit dans une démarche de protection et de contrôle du risque d'aérocontamination.

Les équipes techniques de SAPIAN analysent l'air ambiant d'une zone définie (bloc opératoire, laboratoire d'analyse, salle blanche...) afin d'en déterminer la classe particulaire, comme le prévoit la norme ISO 14644-1.

Cette norme internationale permet de classifier les ZEM (Zones à Environnement Maîtrisé) ou ZAC (Zones à Atmosphère Contrôlée) en fonction de la quantité et de la taille des particules présentes dans l'air ambiant, mais également par leur cinétique d'élimination (temps nécessaire à l'élimination de 90% des particules de diamètre supérieur ou égal à 0,5 micron).

Dans le domaine de la santé, la norme NF S 90-351 présente 4 classes de risque (1 : nul - 4 : fort risque infectieux) et directement en lien avec les classes particulaires et le type d'activité.

En complément de cette analyse, SAPIAN peut réaliser une mesure de l’aérobiocontamination lorsque l'environnement présente un véritable risque de contamination par micro-organismes.

Cette prestation donne lieu à la rédaction d’un rapport de mission détaillant le mode opératoire, le résultat des mesures et de la classification, les conclusions de nos experts et une série de conseils d’améliorations.

Quand réaliser un comptage particulaire ?

En milieu hospitalier, le contrôle particulaire d'une ZEM doit être réalisé lors de sa qualification initiale puis renouvelé chaque année.

Ces prélèvements d’air devront être effectués en dehors des périodes de service, sauf pour  certains secteurs pour lesquels une mesure spécifique en activité est prévue (pharmacotechnie, stérilisation, thérapie cellulaire, banques de tissus).

Les contrôles peuvent également être réalisés ponctuellement pour s'assurer de l’efficacité de vos mesures de prévention lors de travaux, ou alors pour rechercher et identifier une source bactériologique lors d’une enquête épidémiologique.